PROJET AUTOBLOG


framablog.org

source: framablog.org

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Khrys’presso du lundi 28 septembre 2020

lundi 28 septembre 2020 à 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial Assange

Spécial France

Spécial médias et pouvoir

Spécial Coronavirus et (mauvaise) gestion

Spécial Coronavirus – données (plus ou moins) scientifiques

Spécial répression, racisme, violences policières…

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Tiens, ça redevient presque un lungo... - la personne de droite répond : Ouaip, pour paraphraser l'autre, les conneries, ça vole toujours en escadrilles...
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Détruire le capitalisme de surveillance (1)

samedi 26 septembre 2020 à 11:42

Le capitalisme de surveillance tel qu’analysé ici par Cory Doctorow est une cible agile, mouvante et surtout omnipotente et omniprésente. Comment maîtriser le monstre, à défaut de le détruire ?

La longue analyse de Doctorow, publiée sur OneZero, comprend plusieurs chapitres que Framalang vous traduira par étapes. Voici dans un premier temps un examen des luttes des militants du numérique et les limites de leurs actions.

Un point important : C. Doctorow nous a autorisés à traduire et publier dans les termes de la même licence : CC-NC-ND (pas d’utilisation commerciale et pas de travaux dérivés). Par principe nous sommes opposés à ces restrictions de libertés, pour les éditions Framabook où nous publions seulement du copyleft (voir les explications détaillées dans cette page qui précise la politique éditoriale de Framabook). Nous faisons ici une exception en limitant la publication à ce blog, avec l’accord explicite de l’auteur naturellement.

Billet original sur le Medium de OneZero : How To Destroy Surveillance Capitalism

Traduction Framalang : Alain (Mille), Barbidule, draenog, Fabrice, Goofy, Juliette, Lumibd, Laure, LaureR, Mannik,

Comment détruire le capitalisme de surveillance (1)

Cory Doctorow CC-BY-SA Jonathan Worth

PAR CORY DOCTOROW

Note de l’éditeur
Le capitalisme de surveillance est partout. Mais ce n’est pas le résultat d’une malencontreuse dérive ou d’un abus de pouvoir des entreprises, c’est le système qui fonctionne comme prévu. Tel est le propos du nouvel essai de Cory Doctorow, que nous sommes ravis de publier intégralement ici sur OneZero. Voici comment détruire le capitalisme de surveillance.

La Toile aux mille mensonges

Le plus surprenant dans la renaissance au 21e siècle des partisans de la Terre plate c’est l’étendue des preuves contre leur croyance. On peut comprendre comment, il y a des siècles, des gens qui n’avaient jamais pu observer la Terre d’un point suffisamment élevé pour voir la courbure de la Terre aient pu en arriver à la croyance « pleine de bon sens » que la Terre, qui semblait plate, était effectivement plate.

Mais aujourd’hui, alors que les écoles primaires suspendent régulièrement des caméras GoPro à des ballons-sondes et les envoient assez haut pour photographier la courbure de la Terre – sans parler de la même courbure devenue banale à voir depuis le hublot d’un avion – il faut avoir une volonté de fer pour maintenir la croyance que le monde est plat.

Il en va de même pour le nationalisme blanc et l’eugénisme : à une époque où l’on peut devenir une simple donnée de la génomique computationnelle en prélevant un échantillon d’ADN dans sa joue et en l’envoyant à une entreprise de séquençage génétique avec une modeste somme d’argent, la « science des races » n’a jamais été aussi facile à réfuter.

Nous vivons un âge d’or où les faits sont à la fois aisément disponibles et faciles à nier. Des conceptions affreuses qui étaient demeurées à la marge pendant des décennies, voire des siècles, se sont répandues du jour au lendemain, semble-t-il.

Lorsqu’une idée obscure gagne du terrain, il n’y a que deux choses qui puissent expliquer son ascension : soit la personne qui exprime cette idée a bien amélioré son argumentation, soit la proposition est devenue plus difficile à nier face à des preuves de plus en plus nombreuses. En d’autres termes, si nous voulons que les gens prennent le changement climatique au sérieux, nous pouvons demander à un tas de Greta Thunberg de présenter des arguments éloquents et passionnés depuis des podiums, gagnant ainsi nos cœurs et nos esprits, ou bien nous pouvons attendre que les inondations, les incendies, le soleil brûlant et les pandémies fassent valoir leurs arguments. En pratique, nous devrons probablement faire un peu des deux : plus nous bouillirons et brûlerons, plus nous serons inondés et périrons, plus il sera facile aux Greta Thunberg du monde entier de nous convaincre.

Les arguments en faveur de croyances ridicules en des conspirations odieuses, comme ceux des partisans anti-vaccination, des climato-sceptiques, des adeptes de la Terre plate ou de l’eugénisme ne sont pas meilleurs que ceux de la génération précédente. En fait, ils sont pires parce qu’ils sont présentés à des personnes qui ont au moins une connaissance basique des faits qui les réfutent.

Les anti-vaccins existent depuis les premiers vaccins, mais les premiers anti-vaccins s’adressaient à des personnes moins bien équipées pour comprendre les principes de base de la microbiologie et qui, de plus, n’avaient pas été témoins de l’éradication de maladies meurtrières comme la polio, la variole ou la rougeole. Les anti-vaccins d’aujourd’hui ne sont pas plus éloquents que leurs prédécesseurs, et ils ont un travail bien plus difficile.

Ces théoriciens conspirationnistes farfelus peuvent-ils alors vraiment réussir grâce à des arguments supérieurs ?

Certains le pensent. Aujourd’hui, il est largement admis que l’apprentissage automatique et la surveillance commerciale peuvent transformer un théoricien du complot, même le plus maladroit, en un Svengali capable de déformer vos perceptions et de gagner votre confiance, ce grâce au repérage de personnes vulnérables, à qui il présentera des arguments qu’une I.A. aura affinés afin de contourner leurs facultés rationnelles, transformant ainsi ces gens ordinaires en platistes, en anti-vaccins ou même en nazis.
Lorsque la RAND Corporation accuse Facebook de « radicalisation » et lorsque l’algorithme de Facebook est tenu pour responsable de la diffusion de fausses informations sur les coronavirus, le message implicite est que l’apprentissage automatique et la surveillance provoquent des changements dans notre conception commune de ce qui est vrai.

Après tout, dans un monde où les théories de conspiration tentaculaires et incohérentes comme le Pizzagate et son successeur, QAnon, ont de nombreux adeptes, il doit bien se passer quelque chose.

Mais y a-t-il une autre explication possible ? Et si c’étaient les circonstances matérielles, et non les arguments, qui faisaient la différence pour ces lanceurs de théories complotistes ? Et si le traumatisme de vivre au milieu de véritables complots tout autour de nous – des complots entre des gens riches, leurs lobbyistes et les législateurs pour enterrer des faits gênants et des preuves de méfaits (ces complots sont communément appelés « corruption ») – rendait les gens vulnérables aux théories du complot ?

Si c’est ce traumatisme et non la contagion – les conditions matérielles et non l’idéologie – qui fait la différence aujourd’hui et qui permet une montée d’une désinformation détestable face à des faits facilement observables, cela ne signifie pas que nos réseaux informatiques soient irréprochables. Ils continuent à faire le gros du travail : repérer les personnes vulnérables et les guider à travers une série d’idées et de communautés toujours plus extrémistes.

Le conspirationnisme qui fait rage a provoqué de réels dégâts et représente un réel danger pour notre planète et les espèces vivantes, des épidémies déclenchées par le déni de vaccin aux génocides déclenchés par des conspirations racistes en passant par l’effondrement de la planète causé par l’inaction climatique inspirée par le déni. Notre monde est en feu et nous devons donc l’éteindre, trouver comment aider les gens à voir la vérité du monde, au-delà des conspirations qui les ont trompés.

Mais lutter contre les incendies est une stratégie défensive. Nous devons prévenir les incendies. Nous devons nous attaquer aux conditions matérielles traumatisantes qui rendent les gens vulnérables à la contagion conspirationniste. Ici aussi, la technologie a un rôle à jouer.

Les propositions ne manquent pas pour y remédier. Du règlement de l’UE sur les contenus terroristes, qui exige des plateformes qu’elles contrôlent et suppriment les contenus « extrémistes », aux propositions américaines visant à forcer les entreprises technologiques à espionner leurs utilisateurs et à les tenir pour responsables des discours fallacieux de leurs utilisateurs, il existe beaucoup d’énergie pour forcer les entreprises technologiques à résoudre les problèmes qu’elles ont créés.

Il manque cependant une pièce essentielle au débat. Toutes ces solutions partent du principe que les entreprises de technologie détiennent la clé du problème, que leur domination sur l’Internet est un fait permanent. Les propositions visant à remplacer les géants de la tech par un Internet plus diversifié et pluraliste sont introuvables. Pire encore : les « solutions » proposées aujourd’hui exigent que les grandes entreprises technologiques restent grandes, car seules les très grandes peuvent se permettre de mettre en œuvre les systèmes exigés par ces lois.

Il est essentiel de savoir à quoi nous voulons que notre technologie ressemble si nous voulons nous sortir de ce pétrin. Aujourd’hui, nous sommes à un carrefour où nous essayons de déterminer si nous voulons réparer les géants de la tech qui dominent notre Internet, ou si nous voulons réparer Internet lui-même en le libérant de l’emprise de ces géants. Nous ne pouvons pas faire les deux, donc nous devons choisir.

Je veux que nous choisissions judicieusement. Dompter les géants de la tech est essentiel pour réparer Internet et, pour cela, nous avons besoin d’une action militante pour nos droits numériques.

Le militantisme des droits numériques après un quart de siècle

Le militantisme pour les droits numériques est plus que trentenaire à présent. L’Electronic Frontier Foundation a eu 30 ans cette année ; la Free Software Foundation a démarré en 1985. Pour la majeure partie de l’histoire du mouvement, la plus grande critique à son encontre était son inutilité : les vraies causes à défendre étaient celle du monde réel (repensez au scepticisme qu’a rencontré la Finlande en déclarant que l’accès au haut débit est un droit humain, en 2010) et le militantisme du monde réel ne pouvait exister qu’en usant ses semelles dans la rue (pensez au mépris de Malcolm Gladwell pour le « clictivisme »).

Mais à mesure de la présence croissante de la tech au cœur de nos vies quotidiennes, ces accusations d’inutilité ont d’abord laissé place aux accusations d’insincérité (« vous prêtez attention à la tech uniquement pour défendre les intérêts des entreprises de la tech », puis aux accusations de négligence (« pourquoi n’avez-vous pas prévu que la tech pourrait être une force aussi destructrice ? »). Mais le militantisme pour des droits numériques est là où il a toujours été : prêter attention aux êtres humains dans un monde où la tech prend inexorablement le contrôle.

La dernière version de cette critique vient sous la forme du « capitalisme de surveillance », un terme inventé par la professeure d’économie Shoshana Zuboff dans son long et influent livre de 2019, The Age of Surveillance Capitalism : The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power (à paraître en français le 15/10/2020 sous le titre L’Âge du capitalisme de surveillance). Zuboff avance que le « capitalisme de surveillance » est une créature unique de l’industrie de la tech et qu’au contraire de toute autre pratique commerciale abusive dans l’histoire, elle est « constituée par des mécanismes d’extraction imprévisibles et souvent illisibles, de marchandisation et de contrôle qui éloignent en réalité les personnes de leur comportement propre, tout en créant de nouveaux marchés de prédiction et de modification comportementales. Le capitalisme de surveillance défie les normes démocratiques et s’écarte de manière décisive de l’évolution du capitalisme de marché au cours des siècles ». C’est une forme nouvelle et mortelle du capitalisme, un « capitalisme scélérat », et notre manque de compréhension de ses capacités et dangers sans précédents représente une menace existentielle pour l’espèce entière. Elle a raison sur la menace que représente actuellement le capitalisme pour notre espèce, et elle a raison de dire que la tech pose des défis uniques à notre espèce et notre civilisation, mais elle se trompe vraiment sur la manière dont la tech est différente et sur la façon dont elle menace notre espèce.

De plus, je pense que son diagnostic incorrect nous mènera dans une voie qui finira par renforcer les géants de la tech, au lieu de les affaiblir. Nous devons démanteler les géants et, pour cela, nous devons commencer par identifier correctement le problème.

L’exception de la tech, hier et d’aujourd’hui

Les premiers critiques du mouvement des droits numériques, dont les meilleurs représentants sont peut-être les organisations militantes comme l’Electronic Frontier Foundation, la Free Software Foundation, Public Knowledge ou d’autres, qui mettent l’accent sur la préservation et l’amélioration des droits humains dans un environnement numérique, ont diabolisé les militants en les accusant de défendre « une exception technologique ». Au tournant du nouveau millénaire, les gens sérieux ridiculisaient toute affirmation selon laquelle les réglementations sur la tech pouvaient avoir un impact sur « le monde réel ». Les craintes exprimées sur la possibilité que les réglementations de la tech aient des conséquences sur les libertés d’expression, d’association, de vie privée, sur les fouilles et saisies, les droits fondamentaux et les inégalités, tout cela était qualifié de grotesque, comme une prétention à faire passer les inquiétudes de tristes nerds se disputant à propos de Star Trek sur des forums au-dessus des luttes pour les droits civiques, des combats de Nelson Mandela et du soulèvement du Ghetto de Varsovie.

Au cours des décennies suivantes, les accusations d’« exception technologique » n’ont fait que s’affûter alors que le rôle de la tech dans la vie quotidienne s’est affirmé : maintenant que la tech s’est infiltrée dans tous les recoins de nos vies et que notre présence en ligne a été monopolisée par une poignée de géants, les défenseurs des libertés numériques sont accusés d’apporter de l’eau au moulin des géants de la tech pour couvrir les négligences (ou pire encore, leurs manœuvres malfaisantes) qui servent leurs propres intérêts.

De mon point de vue, le mouvement pour les droits numériques est resté immobile alors que le reste du monde a progressé. Depuis sa naissance, la préoccupation principale du mouvement était les utilisateurs, ainsi que les créateurs d’outils numériques qui fournissaient le code dont ils avaient besoin pour concrétiser les droits fondamentaux. Les militants pour les droits numériques ne se sentaient concernés par les entreprises que dans la mesure où elles agissaient pour faire respecter les droits des utilisateurs (ou, tout aussi souvent, quand les entreprises agissaient de manière tellement stupide qu’elles menaçaient d’adopter de nouvelles règles qui rendraient plus difficile pour les bons élèves d’aider les utilisateurs).

La critique du « capitalisme de surveillance » a remis en lumière les militants pour les droits numériques : non pas comme des alarmistes qui surestiment l’importance de leurs nouveaux joujoux, ni comme des complices des géants de la tech, mais plutôt comme des brasseurs d’air tranquilles dont le militantisme de longue date est un handicap qui les empêche de discerner de nouvelles menaces, alors qu’ils continuent de mener les combats technologiques du siècle dernier.

Mais l’exception de la tech est une lourde erreur, peu importe qui la commet.

illustration de Shira Inbar

Sepia Search : our search engine to promote PeerTube

mardi 22 septembre 2020 à 09:27

Today we are opening a new door on PeerTube, making it easier to discover videos that are published in a federation that is growing every day.

PeerTube is the alternative we are developing so that everyone can emancipate their videos from YouTube and the likes. Except that unlike YouTube, PeerTube is not a single platform.

PeerTube is a software that specialists can install on a server to create multiple video platforms (called « instances »), which can be linked together within a federation.

Opening the door on a diverse federation

The problem with federation is that it is much more varied and complex than a one-website platform. It’s all well and good to decentralize to prevent the creation of new web giants, but where’s the front door ?

Do we really need to explain the notion of instance ? Insist on the need to find one’s own and therefore to learn about the federation policies of each instance ? … to someone who simply asks :

But… I just wanted to watch videos !

The solution would be to create a search engine for all the videos published through PeerTube.

If you open a single gateway to the federation, then the structure that holds the keys to that gate gets great powers. They get the power to decide what will be accepted (or rejected) in the search directory. They get the power to record who searched for what, when, from where. And they get the power to intervene in the order and display of the results.

It is on such power mechanisms that Google has built its monopoly. Obviously, at Framasoft, we do not seek to be in a position of power… and even less to follow Google’s (bad) example ! Nevertheless, we want to show the emancipating potential of this software which allows to reclaim the means to stream videos.

We therefore take the responsibility of opening Sepia Search, our gateway to videos and videomakers on PeerTube. It’s a door we open while limiting as much as possible the power we’d get, to keep respecting your attention as well as your browsing.

Presenting PeerTube without monopolizing attention

In the federation universe, the « fediverse », there are many PeerTube instances where people can sign up and create as many channels as they want, channels where they can upload their videos.

Our goal with Sepia Search is not to present all of this content. We simply want to show you the space of autonomy that PeerTube opens up, respecting the values of transparency, openness and freedom that we have been defending for more than 16 years.

Here is Sepia, PeerTube’s mascot – Illustration CC-By David Revoy

A publicly auditable indexing tool (transparency)

Behind Sepia Search, there are two softwares.

The first one is the engine : it is the software where you enter a search, it compares this search with the list of contents in its directory, and then gives the matching results.

The second one is the bodywork, the chassis : it is the software that will present the search bar, receive the request you typed, and show you the results, specifying in orange where you will go when you click on « Go and watch this video ».

The source code, the « recipe » of each of these softwares, is transparent. We publish it on our software forge. Anyone who is able to read this code can do so, and determine if there are tools to cheat with the results display, or others to spy on your behavior.

We already know that these codes are ethical and do not spy on you. We have a good reason : as stated in our TOS, we are really, really not interested in your data !

An a posteriori moderated search engine (openness)

Not all PeerTube instances will be referenced on Sepia Search. This search engine will be based on the list of instances we maintain at instances.joinpeertube.org.

We recently announced a change in the indexing policy for this list, to align with the policy for all of the services we offer :

Thus, if we are notified of an instance where contents explicitly condone terrorism or promote historical revisionism, we will remove it from the index (non-compliance with French laws, which we insist on in our TOS). Such removal will eliminate all videos hosted by that instance from the search results.

On the other hand, if one or more people come to abuse the time of our moderators with inappropriate and abusive reports, their word will be discredited and ignored (as indicated in our moderation policy (FR)).

This moderation, which we hope will be as light as possible, will allow us to limit the results offered by Sepia Search to videomakers who upload original content and to channels (or even instances) that contribute to emancipate.

Illustration CC-By David Revoy

A reproducible tool, adaptable to your conditions (freedom)

It may sound paradoxical to talk about openness in order to detail the conditions under which we close Sepia Search to certain content (especially illegal content).

However, at Framasoft, we believe in the paradox of tolerance, and therefore that openness can only be maintained if the limits of this openness are honestly defined and defended.

We are aware that this is a point of view we get from our French culture (or even from Western European culture). It may, for example, shock people from a North American culture (where unconditional Free Speech is a cultural norm) or from « official » Chinese culture (where, currently, the government sets strict limits on freedom of expression).

We don’t want to impose our culture, nor do we want to deny it. This is why we made sure, legally and technically, that everyone is free to set and host their own instance list, indexing engine and search site, by copying and adapting what we have created.

Sepia Search is just our gateway to PeerTube. This site aims to introduce you to the emancipatory PeerTube we work for, with our culture, activism and subjectivity.

Expecting an actor to do everything, all by theirself, is in fact a reflex of submission to the internet of platforms. It is up to you to take the power (and responsibilities) by hosting your search engine, set up according to your culture, your indexing policy and your values !

Illustration CC-By David Revoy

What Sepia Search can do for you

If we’ve done a good work , Sepia Search will allow you to discover videos and therefore channels (or even PeerTube instances) that will interest you !

The Sepia Search site has been designed to inform you while respecting your attention :

The 2 first results when you type « Talk » in.

The search engine that runs Sepia Search is a free « libre » software, which means that it is open to modifications and adaptations. More advanced uses (through what is called an API) will very quickly allow even more emancipation.

For example, Internet users using Firefox will be able to add Sepia Search to the list of search engines in their browser directly from the site. Likewise, our engine (or another installation of the same engine) will be a tool for extensions that notify you when a YouTube video is also available on PeerTube, and will probably contribute to their efficiency.

A Community Funded Tool

Sepia Search is an additional and necessary step in the roadmap to PeerTube v3, for which a crowdfunding is still underway.

Being able to search for videos in the federation was in high demand, which is why we made it the first step in our roadmap. Prior to PeerTube v2.3, when using the search bar for an instance, results were limited to the videos in the federation bubble of that instance.

Thanks to your donations which have funded our work, we released version 2.3 of PeerTube at the end of July. Since then, the same search can now display results from all PeerTube instances listed in a « Search PeerTube » search engine, including the one we provide.

However, the usage surveys conducted by Marie-Cécile (the designer who has been working with us on this roadmap to improve PeerTube) and the feedback we have received from you has made us realize that this was not enough : we also needed a specific web site to promote this search engine.

Click to try SepiaSearch

Your donations fund our freedom of action : we understood the need, so we announced in mid-August that we were going to rearrange our workload and free some time up to fulfill the need, which we felt was a priority. This is how Sepia Search was born.

Last stop before the live !

There is now one big straight line on our roadmap to PeerTube v3 : implementing live, peer-to-peer video streaming ! As we announced, this will be a first implementation of this feature, and it will be very spartan (no chat module, no filters, no emoticons).

Illustration CC-By David Revoy

At the time of writing, nearly 1,000 people have funded €42,000 of the €60,000 needed to fully develop this v3. While the world is facing a pandemic, we did not find it decent to condition these developments to your donations. Whether we collect the €60,000 or not, we will produce this v3, even if we have to do it on our own funds (which we did for the v2).

We still hope that some of you will share our values and our approach, and that by talking about this project as widely as possible, we will manage to raise this sum (and not to overstretch our budget for next year !).

To support PeerTube, please consider sharing the roadmap page where anyone can make a donation !

 

Learn more

Learn even more (experts)

Sepia Search : notre moteur de recherche pour découvrir PeerTube

mardi 22 septembre 2020 à 09:27

Nous ouvrons aujourd’hui une nouvelle porte d’entrée vers PeerTube, pour faciliter la découverte des vidéos qui sont publiées dans une fédération qui grandit de jour en jour.

PeerTube, c’est l’alternative que nous développons pour que chacun·e puisse émanciper ses vidéos des YouTube et autres TikTok. Sauf qu’à l’inverse de YouTube, Peertube n’est pas une plateforme unique.

PeerTube est un logiciel que des spécialistes peuvent installer sur un serveur pour créer de nombreuses plateformes vidéos (des « instances »), qui peuvent se relier entre elles au sein d’une fédération.

Une porte d’entrée vers une fédération diverse

Le problème, avec les fédérations, c’est qu’elles sont beaucoup plus variées et complexes qu’une plateforme à guichet unique. C’est bien joli de décentraliser pour empêcher la création de nouveaux géants du Web, mais elle est où la porte d’entrée ?

Doit-on vraiment expliquer la notion d’instance ? Insister sur le besoin de trouver la sienne et donc de se renseigner sur les politiques de fédération de chaque instance ? … à une personne qui demande simplement :

Mais… moi, je voulais juste regarder des vidéos !

La solution serait de créer un moteur de recherche pour toutes les vidéos publiées grâce à PeerTube.

Si l’on ouvre une porte d’entrée unique vers la fédération, alors la structure qui détient les clés de cette porte prend le pouvoir. Elle prend le pouvoir de décider ce qui sera accepté (ou refusé) dans l’annuaire de recherche, elle prend le pouvoir de noter qui a cherché quoi, quand, depuis où, et elle prend le pouvoir d’intervenir dans l’affichage et l’ordre des résultats.

C’est sur de tels mécanismes de pouvoir que Google a construit son monopole. Autant vous dire que, chez Framasoft, nous ne cherchons pas à être en situation de pouvoir… et encore moins à suivre le (mauvais) exemple de Google ! Pour autant, nous voulons montrer le potentiel émancipateur de ce logiciel qui permet de se réapproprier les moyens de diffusion.

Nous prenons donc la responsabilité de vous ouvrir Sepia Search, notre porte d’entrée vers des vidéos et des vidéastes sur PeerTube… Une porte que nous ouvrons en limitant au maximum les pouvoirs qui lui sont associés, pour respecter votre attention comme votre navigation.

Présenter PeerTube sans monopoliser les attentions

Dans l’univers de la fédération, le « fédiverse », on trouve de nombreuses instances PeerTube où des personnes s’inscrivent pour créer autant de chaînes qu’elles veulent, des chaînes où ces personnes peuvent publier leurs vidéos.

Notre objectif, avec Sepia Search, n’est pas de présenter l’intégralité de ces contenus. Nous voulons simplement vous montrer l’espace d’autonomie qu’ouvre PeerTube, en respectant les valeurs de transparence, d’ouverture et de liberté que nous défendons depuis plus de 16 ans.

Voici Sepia, læ mascotte de PeerTube – Illustration de David Revoy (CC-By)

Un outil d’indexation publiquement auditable (transparence)

Derrière Sepia Search, il y a deux logiciels.

Le premier, c’est le moteur : c’est le logiciel dans lequel on entre une recherche, qui compare cette recherche avec la liste des contenus de son annuaire, et qui donne les résultats correspondants.

Le deuxième, c’est la carrosserie : c’est le logiciel qui va présenter la barre de recherche, recevoir la demande que vous avez saisie, et vous afficher les résultats en précisant bien en orange où vous vous rendrez lorsque vous cliquerez sur « Aller voir cette vidéo ».

Le code source, la « recette de cuisine » de chacun de ces logiciels, est publié en toute transparence sur notre forge logicielle. N’importe quelle personne sachant lire ce code peut l’examiner, et déterminer s’il existe des outils pour tricher dans l’affichage des résultats, ou d’autres pour espionner vos comportements.

Nous, nous savons déjà que ces codes sont éthiques et ne vous espionnent pas. Nous avons une bonne raison : comme c’est marqué dans nos CGU, vos données ne nous intéressent vraiment, mais alors vraiment pas !

Un moteur de recherche modéré a posteriori (ouverture)

Toutes les instances PeerTube ne seront pas référencées sur Sepia Search. Ce moteur de recherche opèrera sur la liste d’instances que nous maintenons sur instances.joinpeertube.org.

Nous avons récemment annoncé un changement dans la politique d’indexation de cette liste afin qu’elle s’aligne sur la politique de l’ensemble des services que nous proposons :

Ainsi, si l’on nous signale une instance dont les contenus font explicitement l’apologie du terrorisme ou promeuvent le révisionnisme historique, nous la retirerons de l’index (non-respect des lois françaises, sur lequel nous insistons dans nos CGU), ce qui éliminera des résultats de recherche toutes les vidéos hébergées par cette instance.

A contrario, si une ou des personnes viennent abuser du temps de nos modérateur⋅ices par des signalements intempestifs et sans fondement, leur parole sera discréditée et ignorée (comme l’indique notre charte de modération).
Cette modération nous permettra de limiter les résultats proposés par Sepia Search aux vidéastes qui font des créations originales et aux chaînes (voire aux instances) qui contribuent à émanciper les esprits. Nous souhaitons qu’elle soit aussi légère que possible.

Illustration de David Revoy (CC-By)

Un outil reproductible, adaptable à vos conditions (liberté)

Il peut sembler paradoxal de parler d’ouverture pour détailler dans quelles conditions nous fermons Sepia Search à certains contenus (notamment illégaux).

Pourtant, à Framasoft, nous croyons au paradoxe de la tolérance, et donc que l’ouverture ne peut perdurer que si les limites de cette ouverture sont honnêtement définies et défendues.

Nous avons conscience qu’il s’agit là d’un point de vue venant de notre culture française, voire d’Europe de l’ouest. Il peut, par exemple, choquer des personnes de culture nord-américaine (où se pratique un Free Speech inconditionnel) ou de culture chinoise « officielle » (où, actuellement, le gouvernement pose des limites strictes à la liberté d’expression).

Nous ne voulons ni imposer notre culture, ni la renier. C’est pourquoi nous avons fait en sorte, légalement comme techniquement, que chacun·e soit libre d’éditer sa propre liste d’instances, son moteur d’indexation et son site de recherche, en copiant et adaptant ce que nous avons créé.

Sepia Search n’est que notre porte d’entrée vers PeerTube. Ce site a pour objectif de vous présenter le PeerTube émancipateur pour lequel nous travaillons, avec notre culture, notre militance et notre subjectivité.

Attendre d’un acteur qu’il fasse tout, tout seul, c’est finalement un réflexe de soumission à l’Internet des plateformes. Libre à vous de prendre le pouvoir (et les responsabilités) en hébergeant votre moteur de recherche, paramétré selon votre culture, votre politique d’indexation et vos valeurs !

Illustration de David Revoy (CC-By)

Ce que Sepia Search peut faire pour vous

Si nous avons bien travaillé, Sepia Search va vous permettre de découvrir des vidéos, donc des chaînes (voire des instances PeerTube) qui vous intéresseront !

Le site Sepia Search a été conçu pour vous informer en respectant votre attention :

Les 2 premiers résultats de la recherche du mot « critique », en filtrant pour ne garder que des vidéos en langue française.

Le moteur de recherche qui fait tourner Sepia Search est un logiciel libre, ce qui signifie qu’il est ouvert aux modifications et adaptations. Des usages plus poussés (passant par ce qu’on appelle une API) vont très vite permettre encore plus d’émancipation.

Par exemple, les internautes utilisant Firefox pourront ajouter Sepia Search à la liste des moteurs de recherche de leur navigateur directement depuis le site. De même, notre moteur (ou une autre installation du même moteur) pourra servir aux extensions qui permettent de signaler quand une vidéo YouTube est aussi disponible sur PeerTube, afin de les rendre plus performantes.

Un outil financé par la communauté

Sepia Search est une étape supplémentaire et nécessaire à la feuille de route vers la v3 de PeerTube, pour laquelle une collecte est toujours en cours.

Le fait de pouvoir rechercher des vidéos dans la fédération était très demandé : c’est pourquoi nous en avons fait la première étape de notre feuille de route. En effet, avant la version 2.3 de PeerTube, lorsqu’on utilisait la barre de recherche d’une instance, les résultats se limitaient aux vidéos dans la bulle de fédération de cette instance.

Grâce à vos dons qui ont financé notre travail, nous avons publié fin juillet la version 2.3 de PeerTube. Depuis, la même recherche peut désormais afficher les résultats de toutes les instances PeerTube listées dans un moteur de recherche « Search PeerTube », dont celui que nous mettons à disposition.

Cependant, les enquêtes d’utilisation menées par Marie-Cécile (la designer qui s’est engagée avec nous sur cette feuille de route afin d’améliorer PeerTube) et les retours dont vous nous faites part nous ont permis de comprendre que c’était insuffisant : il fallait, en plus, un site web spécifique, faisant office de moteur de recherche.

Cliquez pour découvrir SepiaSearch

Vos dons financent notre liberté d’action : nous avons vu ce manque, et nous avons annoncé mi-août que nous allions réaménager notre plan d’action et dégager du temps pour y remédier, ce qui nous semblait prioritaire. Voici comment est né Sepia Search.

Dernier arrêt avant le live !

Il reste désormais une seule et grosse ligne droite sur notre feuille de route vers la v3 de PeerTube : implémenter la diffusion de vidéos en direct et en pair à pair ! Comme nous l’avons annoncé, il s’agira là d’une première version de cette fonctionnalité, et elle sera très spartiate (sans module de tchat, ni filtres, ni réactions émoticonées).

Illustration de David Revoy (CC-By)

À l’heure où nous écrivons ces lignes, près de 1 000 personnes ont financé 42 000 € sur les 60 000 € nécessaires au développement complet de cette v3. Alors que le monde entier fait face à une pandémie, nous n’avons pas trouvé décent de conditionner ces développements à vos dons. Que nous récoltions les 60 000 € ou non, nous produirons cette v3, quitte à le faire sur nos fonds propres (ce que nous avions déjà fait pour la v2).

Nous espérons malgré tout que certain·es d’entre vous partagerons nos valeurs et notre démarche, et qu’en parlant de ce projet le plus largement possible, nous parviendrons à réunir cette somme (et à ne pas gréver notre budget pour l’an prochain !).

Pour soutenir PeerTube, pensez à partager la page de la feuille de route sur laquelle vous pouvez faire un don !

 

Pour aller plus loin

Pour aller encore plus loin (expert·es)

Khrys’presso du lundi 21 septembre 2020

lundi 21 septembre 2020 à 07:42

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial Assange

Spécial France

Spécial médias et pouvoir

Spécial Coronavirus et (mauvaise) gestion

Spécial Coronavirus – données (plus ou moins) scientifiques

Spécial répression, racisme, violences policières…

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Alors, ça se passe bien la rentrée ? - la personne de droite répond : Ouaip ! Fatiguant mais stimulant !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).