PROJET AUTOBLOG


Mediapart - Fil d'actualités

Site original : Mediapart - Fil d'actualités

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Le patron de Twitter démissionne, poussé dehors par les actionnaires

vendredi 12 juin 2015 à 00:00

Malgré sa notoriété mondiale et ses 300 millions d'utilisateurs, le PDG de Twitter vient de quitter l'entreprise sous la pression des actionnaires du titre, coté depuis 2013.

Auteur du premier « tweet » publié sur le réseau social, Jack Dorsey en avait aussi été le premier directeur général, entre 2007 et 2008, et restait aujourd'hui le président du conseil d'administration. Il est également le patron-fondateur de la société Square, spécialisée dans les paiements mobiles, où il continuera d'exercer ses fonctions actuelles.

Twitter, entré en Bourse début novembre 2013, était en panne de croissance. Ses derniers résultats trimestriels, publiés fin avril, avaient déçu. Son chiffre d'affaires de 436 millions de dollars avait été inférieur aux attentes et, pour la première fois, avait baissé d'un trimestre sur l'autre. Les objectifs de résultats avaient par ailleurs été revus à la baisse pour l'ensemble de l'exercice. Des chiffres qui avaient entraîné un décrochage de plus de 20 % de son action en deux jours.

Si Dick Costolo avait reconnu sa « déception de ne pas avoir continué à faire mieux qu'attendu », il n'avait pas su répondre, sur le fond, aux inquiétudes des investisseurs.

La nouvelle a fait grimper l'action de 8,5 % dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street.

Plus d'infos sur Rue89

A lire aussi sur le blog de Tuxicoman : Si j’ai bien tout compris

Les grandes entreprises sont de mauvais payeurs, et les petites trinquent

vendredi 12 juin 2015 à 00:00

Selon une étude réalisée par Altares sur les 120 plus grandes sociétés françaises, 2 entreprises sur 3 paient leurs fournisseurs et sous-traitants en retard. Ainsi, fin avril 2015, les retards de paiement des 120 plus grandes entreprises de l’Hexagone représentaient à eux seuls environ 4 milliards d’euros. 

Pourtant, ces dernières années, la législation s’est considérablement durcie : en 2008, d’abord, avec la loi de modernisation de l’économie (LME) qui introduisait un plafonnement des délais de paiement à 45 jours en fin de mois, 60 jours à compter de la date d’émission de la facture ; en 2014, ensuite, avec la loi Hamon qui est venue renforcer le dispositif : la DGCCRF peut désormais infliger des amendes administratives en cas de retard de paiement caractérisé (de 75 000 à 375 000 euros).

Les grandes entreprises continuent de ne pas respecter les délais de paiement et ce sont les sociétés de taille plus modeste qui en pâtissent. « On évalue à 25 % le nombre de faillites de TPE dues à des retards de paiement », affirme Thierry Millon, directeur des études chez Altares.

La suite sur Les Échos.

A lire aussi sur le blog de Tuxicoman : Si j’ai bien tout compris

L'armée israélienne se blanchit dans l'enquête sur les quatre enfants tués à Gaza

vendredi 12 juin 2015 à 00:00

L'enquête sur la mort de quatre enfants palestiniens tués lors de l'intervention d'Israël à Gaza en 2014 a conclu à une erreur dans la procédure d'identification des victimes qui ne justifie pas de poursuites pénales, a annoncé l'armée israélienne. Plusieurs journalistes étrangers avaient assisté à cette opération aérienne, intervenue le 16 juillet 2014, et qui avait coûté la vie à quatre enfants qui, selon des témoins, jouaient au football sur une plage.

Le lieutenant-colonel Peter Lerner, porte-parole de l'armée israélienne, a expliqué que les enfants se trouvaient dans une zone « utilisée exclusivement par des activistes » et qu'il n'avait pas été possible de les identifier en tant que tels avant de mener le raid. « Après avoir examiné les éléments de l'enquête, le procureur général militaire a conclu que la procédure d'attaque en question était conforme aux dispositions du droit israélien et du droit international », précise Peter Lerner sur Facebook.

Les autorités israéliennes avaient ouvert une enquête interne pour déterminer si l'armée avait enfreint les règles militaires dans cette affaire qui avait suscité des accusations de crime de guerre. L'intervention menée pendant deux mois par Israël dans la bande de Gaza s'était soldée par la mort de plus de 2 100 Palestiniens, principalement des civils. Soixante-sept soldats de Tsahal et six civils israéliens avaient également péri au cours de ce conflit.

Israël entendait faire cesser les tirs de roquettes auxquels procédaient régulièrement le Hamas et d'autres groupes palestiniens en direction du territoire israélien.

A lire aussi sur le blog de Tuxicoman : Si j’ai bien tout compris

Les descendants des juifs séfarades pourront retrouver la nationalité espagnole

vendredi 12 juin 2015 à 00:00

Le congrès espagnol a adopté jeudi une loi permettant aux descendants des juifs expulsés d'Espagne par les rois catholiques en 1492 d'obtenir facilement la nationalité, pour réparer « une erreur historique », cinq siècles plus tard.

La loi, proposée par le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy, a été adoptée à l'unanimité jeudi et devrait entrer en vigueur en octobre et susciter au moins 90 000 candidatures de juifs séfarades dans le monde, selon une estimation officielle.

Le ministère des affaires étrangères israélien s'en est félicité, dès jeudi soir, évoquant une décision qui renforcera « les bonnes relations entre l'Espagne et Israël ».

La précédente législation, datant de 1924, permettait à l'État d'accorder la nationalité à ces descendants d'Espagnols, mais exigeait qu'ils renoncent à leur autre nationalité et résident en Espagne. La nouvelle loi prévoit en revanche que les candidats puissent devenir binationaux, comme c'est le cas d'Espagnols nés dans d'anciennes colonies du royaume, au Portugal ou en Andorre.

Le processus n'en est pas moins complexe : outre une taxe de 100 euros, les juifs séfarades devront prouver leur filiation par leur nom, démontrer leurs liens avec les coutumes séfarades, apporter un certificat expédié par la communauté juive d’Espagne ou de leur pays de résidence. Les actes de naissance ou les contrats de mariage selon les traditions de l’ancienne Castille seront aussi demandés. L’administration, qui va ouvrir un site internet pour recueillir les demandes, promet de procéder à une analyse « dans leur ensemble » des documents.

La loi sur les séfarades est soutenue par l'ensemble des partis politiques espagnols.

A lire aussi sur le blog de Tuxicoman : Si j’ai bien tout compris

La Croix-Rouge, loin de l'ONG modèle

vendredi 12 juin 2015 à 00:00

« Les ONG doivent aujourd'hui faire un grand écart difficile entre ce qu'elles étaient – des associations fonctionnant grâce au bénévolat et à l'engagement – et ce qu'elles deviennent : de grandes structures avec des salariés experts. Plus elles grossissent, plus elles ressemblent à des entreprises avec un service RH, des services généraux, des process, des échelons de management, des pressions sur la performance. Une mutation difficile, car les ONG ne sont pas l'entreprise ; pour certaines, elles la combattent même ! Ce grand écart les pousse à l'erreur, à la faute. »

La suite du témoignage de Clémence sur L'Express.fr

A lire aussi sur le blog de Tuxicoman : Si j’ai bien tout compris

Can't retrieve feed: file_get_contents(http://news.jesuislibre.net/mediapart-breves.rss): failed to open stream: HTTP request failed! HTTP/1.1 404 Not Found